Le 25 avril dernier, dans la commune d’Orkadiéré, dans la région de Matam, Oxfam et son partenaire, l'ONG 3D ont organisé un atelier d’évaluation du projet portant sur la "Maîtrise d’ouvrage citoyenne" (MOC). Cet atelier d’évaluation, réunissant 35 personnes, avait pour but d’établir un diagnostic sur la situation de référence des communes d'Ounaré et d'Orkadiéré, situées dans la région de Matam, en matière d’industries extractives.

 

« Ce programme vient à point nommé, car les collectivités locales et les populations ont un besoin fort en matière d’accompagnement et de formation pour un plaidoyer dans la mise à disposition des fonds issus des ressources extractives et leur utilisation pour le financement des secteurs sociaux de base », a déclaré le sous-préfet d’Orkadiéré, M. Alassane Bâ Cissé, tout en remerciant Oxfam et l’ONG 3 D pour leur « contribution au développement et à l’autonomisation locale ».

 

Pour sa part, le Coordonnateur du Programme Gouvernance d’Oxfam a expliqué que la MOC fait partie des composantes du projet « Redevabilité et engagement citoyen » d’Oxfam en faveur des populations vulnérables. Tout en outillant les collectivités et les organisations de la société civile, ce projet est un plaidoyer pour que davantage de ressources publiques provenant des industries extractives soient consacrées à des investissements favorables aux pauvres et améliorent les moyens d’existence, le bien-être social des femmes et des jeunes (santé, éducation, protection sociale) et la justice de genre.

 

Une approche citoyenne et de redevabilité

 

La MOC ou « Maîtrise d’ouvrage citoyenne » se définit comme un outil de contribution à la gouvernance locale pouvant garantir l'efficacité des investissements pro-pauvres issus des revenus extractifs et d'autres revenus publics, en encourageant la participation citoyenne, notamment celle des jeunes et des femmes aux processus de gouvernance communautaire liés au secteur minier.

 

Depuis mars 2018, ce projet est aussi mis en œuvre dans les communes de Pire et Ngoudiane de la région de Thiès. Il a permis l’instauration d’un cadre de dialogue entre les autorités communales et les populations, à travers la mise en place de comités locaux de citoyens (CLC). Ces derniers regroupent 15 membres issus des différentes couches de la population (Instituteurs, agriculteurs, éleveurs, commerçants, Organisations Communautaires de Base, de dignitaires locaux religieux, chef de villages, associations des femmes, des jeunes et des personnes vivant avec un handicap, mouvements des amis de la nature).

 

Avec l’appui d’Oxfam et du partenaire de mise en œuvre, l’ONG 3 D, les CLS mènent régulièrement des campagnes d’information et de sensibilisation sur les enjeux des ressources extractives et les retombées pour leurs communes. Grâce au travail des CLCs de Thiès, les deux communes concernées ont accepté de se soumettre à l’exercice d’un forum de redevabilité municipale. Celle-ci a servi de cadre aux autorités municipales pour présenter la situation budgétaire de leur commune, en mettant l’accent sur les insuffisances dans les ressources propres.

Dans le cas de Mata, aux termes de l’atelier tenu fin avril, c’était au tour des Maires des deux communes Hamady Ounaré et Orkadiéré de signer respectivement un arrêté municipal régissant l’existence des CLCs et légitimant leurs actions, adoptant ainsi l’outil de la « Maitrise d’ouvrage citoyenne ».

 

Pour l’un des membres du nouveau comité local citoyen de la commune d’Ounaré, ce projet a levé le voile sur les enjeux économiques et la situation de sa localité par rapport au secteur extractif. « Nous remercions énormément les initiateurs de ce programme de nous donner l’opportunité de comprendre les enjeux économiques inhérents au secteur extractif. Grâce à ce projet, j’ai une meilleure compréhension de la situation. Cependant, nous aurons besoin d’un appui considérable en termes de formations et de renforcement de capacité organisationnelle », a exprimé Mme Marième Talla.

 

Youtube Feeds

Derniers Tweets

ONG 3D

SunuBudget